Je suis un musicien. Je le savais déjà quand j’avais 11 ans. A ce moment de ma vie, cela a fait de moi un paria. Mais ce qui est amusant pour les guitaristes, c’est que si pendant l’adolescence on peut être un paria quand on devient adolescent, les sentiments de ses pairs à son égard changent considérablement. J’ai apprécié ce changement de statut surtout en ayant beaucoup de petites amies et de sexe.
Vous cherchez des couples sexy près de Mâcon ?

Les choses se passaient plutôt bien jusqu’à ce qu’après une période de sécheresse de deux mois, à 17 ans, je me sois fait acculer comme une proie impuissante par cette fille hippie très new-agey un peu plus âgée que moi et qui, bien qu’elle ne soit pas jolie de façon conventionnelle, avait une sexualité très palpable et notable. Elle a fait l’amour avec ma meilleure amie devant moi plus de deux fois avant même qu’elle ne manifeste de l’intérêt pour moi. En tant qu’adolescent hippie que j’étais, j’ai agi comme si la jalousie ne me rendait pas fou.

Elle a fini par se focaliser sur moi et m’a essentiellement pris comme compagnon. Lorsque j’ai appris à la connaître et que j’ai eu plus de relations sexuelles avec elle, elle m’a fait entrer dans son monde intérieur très pervers où, par exemple, elle mettait un gode très épais tout le long de son corps, remontait sa culotte et se promenait dans la pièce en venant devant moi. Elle s’est identifiée comme une salope. Elle adorait ce mot. Elle était aussi une reine des tailles et m’a d’abord fait savoir très subtilement que même si je n’étais pas petite, je n’étais pas du tout grande et qu’elle aimait vraiment une grosse bite.

C’était un médicament difficile à prendre à cet âge. Mais chaque homme doit accepter sa bite, qu’elle soit grosse, petite ou génériquement moyenne, et la posséder. Pendant le for-play, elle parlait tout le temps de faire de moi son esclave et de me donner un collier. Elle a fini par encourager toutes mes tendances bisexuelles en me donnant ses jouets pour jouer ou en les utilisant sur moi, et elle en a eu quelques-uns.

Elle utilisait ma bouche comme une machine pendant une heure, parfois plus. Elle m’a fait faire des tours de bite et de visage assez douloureux et inconfortables. Les rapports sexuels duraient parfois deux heures ou plus et elle m’imposait bien plus d’orgasmes qu’elle ne voulait en abandonner. Je restais allongé, me sentant totalement utilisé et dominé. Et à ce moment-là, pas particulièrement heureux. Néanmoins, profondément affecté.

Après environ un an et demi de ces sévices rigoureux, elle m’a dit qu’elle avait décidé qu’elle voulait une relation ouverte, car pourquoi devrions-nous nous priver de la richesse de l’expérience que cette vie nous offre. C’est l’arc-en-ciel. Je lui ai dit que j’étais heureux avec elle et qu’elle était tout ce dont j’avais besoin. Elle m’a dit en gros : “C’est bon, je n’ai pas besoin que tu aies des relations sexuelles avec d’autres personnes, mais j’en ai vraiment besoin”. Une de ses citations de fin de conversation directe que je peux réciter textuellement est “Je t’aime mais ta bite ne sera certainement pas la dernière à aller dans la chatte”.

Je me souviens des jours suivants où j’ai fait de longues et lentes promenades seule dans le parc local, en me demandant ce que je devais faire. Après 3 ou 4 jours de réflexion, j’ai décidé de la quitter. Alors qu’elle et moi nous séparions, son amie s’est installée chez moi et nous avons eu le sexe à la vanille le plus passionné que j’aie jamais eu jusqu’à ce que je rencontre ma femme actuelle 16 ans plus tard. Lorsque j’ai raconté à mon ex ce qui se passait, elle est devenue folle de jalousie. Avec beaucoup d’efforts et quelques manigances, elle m’a reconquis et, d’une manière ou d’une autre, elle est immédiatement tombée enceinte de mon enfant.

Nous nous sommes mariés alors que j’avais 19 ans et elle en avait 20. Dès que nous avons vécu ensemble, je me suis retrouvé constamment paranoïaque à l’idée qu’elle allait me tromper. Je me retrouvais à rentrer tôt de l’école ou du travail pour tenter de la prendre en flagrant délit. Ce qui me rendait perplexe, c’était l’excitation sexuelle que je ressentais et la déception que j’éprouvais lorsque je découvrais qu’elle était là, seule ou plus tard avec notre fils.
Tricher ? Ma femme ?

ebook comment donner envie à épouse de vous cocufier

Je rêvais qu’elle me trompait. Je ne pouvais pas m’empêcher d’y penser, même en dormant. J’ai commencé à lui faire comprendre que c’était devenu un de mes fantasmes qu’elle me trompe. Elle a rapidement pris cette balle et s’est mise à courir avec. La première chose qu’elle a faite a été de rester à l’écart de la maison à des moments inattendus et de rentrer à la maison en me disant qu’elle venait de faire l’amour avec quelqu’un pour évaluer mes réactions. C’est une chose que la plupart des éducateurs de femmes recommandent à une dame de faire si elle prévoit de sucer son homme. Avec le recul, je pense qu’elle était soit bien informée sur le sujet, soit qu’elle était une bombe naturelle jusqu’à l’os.

C’est à peu près à ce moment-là, alors que notre enfant était encore un bébé, qu’elle a pris un poste de direction et est devenue notre principal et parfois unique soutien de famille. C’est là que l’histoire commence à devenir intéressante et, malheureusement, je n’ai pas pu aller plus loin dans cet épisode. Le revivre en l’écrivant m’a ouvert les yeux et je soupçonne donc une motivation soutenue pour le terminer. Nous sommes à peu près à mi-chemin de la maison.

Quand elle est devenue le principal soutien de famille, je n’ai pas réussi à tenir le fort. L’endroit était toujours en désordre et j’étais complètement absorbé par mes propres activités chaque fois que je n’étais pas en contact direct avec notre fils. Je me sentais aussi vraiment menacé dans le sens masculin traditionnel du terme, c’est-à-dire que ce n’était pas moi qui portais le pantalon. En conséquence, j’ai agi de manière très méchante envers elle lorsqu’elle était souvent présente.

Elle était la seule femme à l’époque où elle travaillait et bénéficiait d’une grande attention masculine au travail. Très vite, une chimie sérieuse s’est développée entre elle et un collègue de travail. J’ai été présentée à une fête et je me suis en fait liée d’amitié avec lui. Il était évident pour moi qu’il craquait sur ma femme et cela me semblait flatteur. Cela ne me semblait pas très menaçant parce qu’il était un jeune vierge de 22 ans qui était assez timide.

Après quelques nuits tardives passées chez nous avec lui, mon ex-femme l’a séduit, dans notre salon, juste en face de moi. Elle a flirté avec lui toute la nuit. À un moment donné, elle l’a laissé glisser une bouteille de bière dans sa chatte. (Je pense que nous jouions à pile ou face.) Elle a finalement baissé son pantalon et lui a sucé la bite juste là, dans le salon, devant moi. Il s’est avéré que le ringard M. Shy avait beaucoup plus de mal que moi.

Nous nous sommes finalement retirés dans la chambre et avons fait une partie à trois. Après s’être occupé des nerfs, son nouveau taureau inexpérimenté a finalement eu une belle érection et l’a plutôt bien baisée pour ce que je pensais être une première fois. J’ai découvert par la suite qu’elle l’avait déjà laissé la baiser plusieurs fois auparavant, dans mon dos. Les premières parties à trois étaient plutôt égales dans l’attention qu’elle portait à chacun de nous, en fait, la première fois, son taureau et moi sommes venus simultanément.

Au fur et à mesure que les choses avançaient, il a emménagé avec nous. Pendant nos séances de sexe, elle était de plus en plus concentrée sur sa grosse bite jusqu’à ce que j’en arrive à m’asseoir sur le sol de la chambre, dos au mur, et à jouer avec un gode pendant qu’il la baisait. À ce stade, je voulais aussi coucher avec son taureau, mais il n’était pas intéressé. Une fois qu’il l’avait fait jouir et qu’il était venu, je pouvais la baiser pendant qu’elle était allongée sur le côté et soit fumer une cigarette (ce qui est devenu un de mes fétiches de longue date) soit sucer son taureau, selon son humeur. Je trouvais son indifférence désinvolte à la présence de ma bite étrangement excitante et libératrice.

Lorsque nous sortions ensemble, on me faisait toujours asseoir sur le siège arrière. Au restaurant, si nous étions assis dans une cabine, elle s’asseyait à côté de son taureau. Elle parlait à tous nos amis de notre arrangement et je subissais beaucoup d’humiliation lors des événements sociaux. Chaque fois qu’il se passait quelque chose qui aurait renforcé mon estime de soi, elle faisait ou disait rapidement quelque chose pour me faire redescendre de quelques crans.

ebook comment donner envie à épouse de vous cocufier

Un soir, j’ai joué un spectacle plutôt triomphal avec le groupe que je dirigeais. Pendant que je jouais, les yeux de ma femme étaient rivés sur moi. J’avais l’impression qu’elle se rappelait pourquoi elle était tombée amoureuse de moi. Ce soir-là, j’étais au top de ma forme et tout semblait aller parfaitement. Après avoir joué, je traînais dans le club, je me faisais doucher avec des compliments et des flirts. J’ai rassemblé mon matériel pour le sortir dans ma voiture et dès que j’ai ouvert la porte arrière de l’allée, j’ai vu ma femme appuyée contre le mur de briques recouvert de graffitis, sa robe noire relevée et son taureau entre les jambes la léchant jusqu’à l’orgasme. Cette nuit-là, on m’a fait dormir sur le canapé.

De plus en plus, j’étais exclu de la chambre à coucher, tous ensemble. J’étais rempli de tant de sentiments contradictoires : colère, jalousie, impuissance, excitation et obsession totale pour elle. J’ai refusé de nombreuses avances de femmes bien plus séduisantes que ma femme parce qu’elle était tout ce à quoi je pouvais penser. Tous ces sentiments ont fini par faire de moi une bite constante qui n’était d’aucune aide pour personne. Après environ deux ans de cette activité, ma femme m’a signifié les papiers du divorce. J’ai déménagé et elle est restée avec son taureau pendant quelques mois encore avant de le quitter également.

Lorsque j’ai trouvé un emploi plus rémunérateur et que j’ai semblé être sur la voie d’un certain succès, elle a relancé les choses avec moi et nous nous sommes réinstallés ensemble. Mais peu de temps après, elle a repris contact avec son vieux taureau “en tant qu’amie”. Nous avons traversé l’État et, surprise, devinez qui vit dans notre sous-sol. J’ai tout de suite l’impression qu’elle profite de chaque occasion pour me faire sortir de la maison et il est difficile d’imaginer que c’est pour une autre raison que celle d’avoir la chance de baiser son taureau vivant maintenant en secret. Cela continue jusqu’à ce qu’elle me quitte et retourne dans notre ville natale, me laissant son satané taureau avec moi.

Je suis passé par une période où j’évitais les femmes et je me suis mis à fréquenter des hommes en ligne pour le sexe. Je le faisais juste devant le taureau de mon ex qui, bien que gênant, se sentait plutôt bien. J’ai probablement sucé dix bites en un an et je me suis fait baiser par au moins cinq d’entre elles, la plupart très grosses. J’en suis finalement venue à la conclusion que mon manque d’excitation devrait être une indication que mes tendances bisexuelles sont entièrement dépendantes de la présence d’une femme dominante, ce qui encourage ma saleté.

Je suis sortie de la situation de vie avec lui aussi vite que possible et des mois plus tard, j’ai reçu un appel de mon ex, me demandant de l’aider à quitter la maison que je partageais avec lui auparavant. J’ai accepté et pendant le processus, j’ai aperçu par hasard qu’elle lui caressait la bite à travers son pantalon sur le canapé restant. “Le Christ sur une béquille, elle le baise à nouveau.” Je me suis dit. Puis est arrivé le flot immédiat de colère, d’impuissance et d’excitation sexuelle extrême.

Mon obsession pour elle était de retour en force. J’ai commencé à dépenser tout mon argent pour aller la voir le week-end et je la gâtais avec des gâteries et des cadeaux. Après quelques mois, j’ai avoué que j’avais besoin d’elle et que je ferais tout pour la retrouver. Je lui ai dit que j’avais besoin de revenir en elle et qu’elle était tout ce à quoi je pouvais penser. Elle m’a renié à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’un soir, elle sorte sur le canapé de son salon où j’étais allongée et boudait. Elle m’a dit : “D’accord, tu peux entrer.” On a fait l’amour pendant des heures. Elle est venue au moins 6 fois et moi 3 fois. Après cela, elle a complètement rompu avec son taureau et il l’a pris très mal.

Le destin a voulu qu’en moins d’un mois après que nous nous soyons réconciliés, une belle femme, là où je vivais encore, s’est mise en colère pour moi et moi pour elle. Elle m’a rencontré quand je jouais un concert, les étincelles ont jailli. Je ne pouvais rien faire contre mes émotions. J’ai annulé avec mon ex et elle m’a vraiment fait payer émotionnellement. Elle m’a fait sentir comme le plus bas des bas. Elle croyait sincèrement que je n’avais jamais eu l’intention de me remarier avec elle et que je voulais juste ruiner ses chances avec le taureau. J’ai dit : “J’aimerais être aussi diabolique, mais malheureusement, vous êtes le seul ici à être un génie maléfique à ce point”.

J’ai vite emménagé chez Bunnycakes, on l’appellera. Elle était très attirante, très amusante en apparence et très sexy. Avec elle, j’ai appris que sexy et sexuel ne vont pas toujours de pair. Elle avait des réserves carrément puritaines sur le sexe et la sexualité. Nous nous sommes révélés si incompatibles que pendant les cinq années où nous avons vécu ensemble, nous avons eu des rapports sexuels en moyenne deux fois par an. Ma relation tumultueuse avec Hellwitch (nous l’appellerons) m’a tellement rendue sexuée que, honnêtement, cela ne me dérangeait pas tant que ça. Je n’ai jamais triché. Je me suis juste branlé et j’ai regardé du porno candaulisme. Quelques fois, j’ai soupçonné qu’elle me trompait et quand j’espionnais pour en être sûr, je me trouvais toujours déçu qu’elle ne me trompe pas.

Après une relation à distance de 5 ans et un enfant avec moi, elle m’a dit qu’elle était tombée amoureuse d’un collègue et qu’elle me quittait. Cependant, elle ne s’attendait pas à ce que je puisse déménager immédiatement et j’avais 45 jours pour trouver une nouvelle situation de vie. Pendant ces 45 jours, sachant que son cœur appartenait désormais à un autre, je me suis sentie plus attirée par elle que lorsque je me suis mise en rapport avec elle. Je me suis donné beaucoup de mal pour prouver que j’étais un surhomme. Je nettoyais des parties de la maison dont j’ignorais l’existence, je cuisinais et lui servais tous ses repas préférés, j’ai écrit et enregistré un album de 13 chansons entièrement pour elle en 27 jours. Tout cela en vain, bien sûr. On ne peut pas dire au cœur qui aimer.

J’ai fini par emménager avec une compagne musicienne avec qui j’avais travaillé pendant des années et pour qui j’avais toujours eu un faible. Quand je lui ai dit que je me faisais jeter sur le trottoir, elle m’a dit qu’elle venait de divorcer et qu’elle cherchait une colocataire. J’étais ravi parce qu’elle était exactement le genre de personne cool et sexy que je recherchais. Elle avait presque dix ans de moins que moi et c’était une expérience totalement différente pour moi. Quand j’ai emménagé avec elle, j’ai découvert qu’elle en était déjà à son deuxième petit ami depuis son divorce. Elle avait trompé son mari avec une amie du groupe. Il semblait qu’elle avait toutes les caractéristiques d’un coucou habile. Le charme, le sex-appeal, la confiance en soi et la connaissance de sa puissance sexuelle féminine.

J’ai vécu comme sa colocataire pendant quelques mois en étant très jalouse quand je l’entendais baiser son petit ami une pièce plus loin. Finalement, deux de ses amies ont fini par s’intéresser à moi. L’un d’eux, qui avait 45 ans et qui était divorcé à l’époque, est devenu très fort. Une nuit, alors que j’envisageais de rester célibataire pendant un certain temps, elle était allongée à côté de moi sur mon lit, après que ma colocataire se soit évanouie. Elle m’a dit que sa chatte était vraiment mouillée. Qu’est-ce que j’étais censé dire ? Nous avons eu un sexe d’introduction incroyable, deux fois cette nuit-là et encore le lendemain matin.

Je ne voulais pas être son petit ami au début parce que, bien qu’il y ait eu une chimie sexuelle immédiate, elle semblait vraiment dominatrice et, honnêtement, ça m’effrayait un peu quand je repensais à Hellwitch. Après être sorti avec elle pendant environ 3 mois, avec beaucoup de sexe génial, j’ai rompu avec elle, en déclarant que j’étais encore en train de guérir de mon chagrin et que je n’étais pas aussi émotionnellement investi dans la relation qu’elle et cela lui semblait injuste, d’après mes calculs. Elle l’a mal pris, mais l’a accepté.

Dès que Raggedy Ann (ma colocataire) a découvert que j’avais rompu avec son amie Canary, elle a immédiatement avoué qu’elle était amoureuse de moi depuis des mois. Je lui ai immédiatement rendu la pareille car mon attirance sexuelle/mentale pour elle avait toujours été hors norme. Nous sommes devenus petit ami et petite amie. Canary était bouleversée, mais elle est restée amie avec nous. Raggedy Ann a commencé à agir exactement comme je l’attendais au fond de moi. Elle me posait un lapin après le travail et se saoulait avec un copain. Elle me traitait comme une servante quand ses amis venaient lui rendre visite. J’adorais ce traitement irrespectueux et j’avais l’impression qu’après des années, j’étais chez moi. Ça me paraît vraiment dégoûtant, mais c’est vrai.

Le sexe avec Raggedy Ann s’est avéré être une grande déception car elle semblait avoir une certaine phobie des pénis. Elle n’offrait aucune attention et se contentait de rester allongée. Ce fut un grand soulagement quand elle a rompu. Canary m’a fait comprendre qu’elle n’avait jamais cessé de m’aimer et qu’elle voulait toujours que je sois avec elle. C’était il y a cinq ans. Nous sommes mariés depuis 3 ans. Ce n’est que depuis six mois qu’elle sait tout cela sur moi.

Nous avons une relation forte et stable et c’est ainsi depuis que nous nous sommes retrouvés. Depuis que je lui ai révélé mes tendances au candaulisme, elle a passé du temps à apprendre comment être une épouse dominante efficace. Elle est naturellement dominante, donc elle n’a pas eu de difficultés. Ces jours-ci, je la sers et elle me récompense et me discipline.
Ma vie d’esclave

Elle me garde enfermé dans la chasteté 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sauf quand je prends une douche (pas en privé) ou quand elle choisit de me récompenser par des rapports sexuels. Elle me taquine à propos de la taille de mon pénis lorsque je suis enfermé ou à chaque fois qu’il est déverrouillé mais qu’il est en flaccidité. Elle ne dit pas qu’il est petit quand il est dur parce qu’elle a l’impression qu’il est gros. J’ai trouvé que c’était un bon compromis car le fait qu’une femme me dise que ma bite est trop petite me donne immédiatement une érection, comme si mon pénis voulait prouver à cette salope qu’elle a tort. Elle aime beaucoup conserver le droit de coucher avec qui elle veut, même si elle n’a pas encore agi en ce sens.

Si je la déçois sur le plan domestique ou sexuel, elle me fait pagayer jusqu’à ce que mon cul soit d’un beau rose vif. Elle me fait TOUT faire pour elle. Je lui prépare le café et le petit déjeuner, je m’occupe de la maison et du linge, je l’aide à s’habiller et à se préparer pour le travail tous les jours, elle m’utilise comme pouf environ 1 heure par semaine. Elle me taquine sur le fait d’être enfermée dans la chasteté et menace d’en parler à ses amis.

Il y a 20 ans, cela aurait été un enfer pour moi, mais au lieu de cela, je me trouve plus heureux que jamais. Je me sens aussi plus personnellement lié à ma charmante et dominante épouse que je ne l’ai jamais été à aucune autre femme. Elle me connaît aussi bien, sinon mieux, que mon ex-femme. Elle a encore plus de pouvoir sur moi que mon ex n’en avait. La différence est qu’elle m’aime dans le sens où elle veut vraiment que je réussisse. Hellwitch voulait sincèrement me démolir pour me rendre trop pathétique pour pouvoir un jour s’en aller. Elle a échoué parce que je suis un enfoiré fort. J’ai beaucoup de sentiments contradictoires parce que, sans elle, j’aurais éprouvé beaucoup moins de douleur mais je ne connaîtrais pas la joie et le frisson incomparables d’être un homme qui se soumet à une femme.

Comment mon ex-femme m’a transformé en soumis au candaulisme